La Scourtinerie

La Scourtinerie : quand génération rime avec innovation

140 ans d’entreprise familiale

Illustre entreprise familiale et artisanale nyonsaise, la famille Fert perpétue un savoir-faire ancestral provençal depuis maintenant 5 générations. Pour autant, si la renommée de La Scourtinerie de Nyons se perpétue grâce à une qualité irréprochable de ses produits manufacturés, la modernisation et l’innovation de la fabrique à chaque génération est un des facteurs clés de son succès.

La famille
Moulin à huile

Les origines de la fabrique

Tirant son nom du terme provençal couffin, le scourtin traditionnel est employé depuis des siècles partout en Méditerranée pour extraire l’huile d’olive. Remplis de pâte d’olive (le fruit étant préalablement broyé sous une meule) puis empilés les uns sur les autres sur une presse à levier ou à vis, ces filtres-poches permettaient de séparer l’huile d’olive du grignon (noyau et reste de chair de l’olive). Performants jusqu’au début du XIXème siècle, ces scourtins d’antan deviennent peu à peu obsolètes avec la généralisation des presses hydrauliques qui exercent une pression jusqu’ici jamais vue.
Tressés à la main et donc relativement lâches, ces scourtins traditionnels en alfa (matière première Ferdinand Fert, serrurier de métier, voit en cette problématique l’opportunité de se positionner et d’innover en cette période de grands bouleversements techniques, sociaux et économiques. Il conçoit et brevète en 1892 la première machine à tisser mécaniquement les scourtins. En remplaçant l’alfa par la fibre de coco, plus résistante et imputrescible, ces scourtins nouvelle génération résistent à la forte pression, et peuvent être réutilisés sur plusieurs années : une véritable révolution. Un âne est désormais à l’usine pour faire tourner les machines, et plus tard un canal est créé en faisant dévier une partie de la rivière nyonsaise, l’Eygues, pour faire fonctionner les machines à l’énergie hydraulique. Aujourd’hui, des petits moteurs électriques ont été installés sur les machines centenaires.

La fabrique de la Scourtinerie

De l’olive à la décoration

Plus récemment, Arnaud Fert, représentant la quatrième génération de la famille des derniers scourtiniers français, décide à son tour d’apporter sa pierre à l’édifice en créant un nouveau produit phare : Les Ombrières de La Scourtinerie. Voile d’ombrage en fibre de coco, cette création donne un nouveau souffle à la Scourtinerie de Nyons et permet de renouer avec la nouveauté comme l’ont fait les précédentes générations des Fert.
En bref, La Scourtinerie de Nyons perpétue un savoir-faire tout en évoluant avec son temps.

Les scourtins de décoration
Retour en haut