Création de la Scourtinerie en 1882

A l’origine implantée dans le centre de Nyons, la Scourtinerie s’installe rapidement dans l’imposante bâtisse qu’elle occupe encore aujourd’hui, une ancienne magnanerie. Ferdinand et Marie FERT sont alors tisserands à Nyons et c’est en 1892 que Ferdinand Fert invente et brevète une nouvelle machine permettant le tissage mécanique des scourtins à l’aide de fil en fibre de coco. Les fibres de coco, provenant du sud ouest de l’Inde, sont imputrescibles et bien plus résistantes que l’alfa. Ces nouveaux scourtins peuvent être lavés et réutilisés plusieurs années. Le succès est au rendez vous et l’entreprise prospère jusqu’au grand gel de 1956 qui détruit la quasi totalité des oliviers en Provence.

Le gel de 1956

Le gel des oliviers de Provence en 1956 ruine de nombreux oléiculteurs de l’époque et, par voie de conséquence, la Scourtinerie qui n’a alors plus d’utilité. Durant ce terrible hiver, le gel fait en effet éclater l’écorce de la plupart des oliviers. Ils sont arrachés  et remplacés par de la vigne et des abricotiers qui produisent plus vite.  Il fallut des décennies avant que l’activité oléicole se relance. La ville de Nyons comptait auparavant  10 moulins à huile mais 1 seul a survécu à cette période tristement célèbre. Par ailleurs, les événements en Algérie  désorganisèrent  la production d’huile d’olive et les  commandes de

L’idée de génie de George Fert

George Fert remarque alors  que beaucoup de gens utilisent les scourtins usagés comme des paillassons. C’était une tradition provençale d’utiliser les vieux scourtins comme devant de porte. Il a l’idée salvatrice de teindre les fibres de coco et de transformer les scourtins destinés à l’huilerie en objet de décor et d’ameublement tout en utilisant les mêmes machines. Le «  Scourtin de Provence » est né. En ôtant la

Le « coup de pub » inattendu

Merci à Jacques Tati ! En effet, le cinéaste a boosté la vente de tapis de la Scourtinerie. Dans son film « Mon Oncle », la maison est décorée  de façon moderne avec des scourtins en guise de paillassons en « pas japonais ».

L’ouverture de la boutique en 1979

En 1970, Alain Fert, petit fils de Ferdinand et Marie Fert, intègre l’entreprise familiale. Il créer en 1979 la boutique de vente où l’on retrouve aujourd’hui les scourtins mais aussi des produits locaux et de l’artisanat indien, pays d’où viennent les fibres de coco. Toujours circulaires et en fibre de coco, ils se déclinent désormais en dessous de plat, paillassons et tapis aux couleurs chatoyantes dont les diamètres vont de 25 cm à 2.5 mètres. Frédérique et Arnaud FERT arrière petits enfants de Marie et Ferdinand perpétuent aujourd’hui la tradition familiale dans la manufacture ancestrale. Sophie, fille de Frédérique FERT, a rejoint la Scourtinerie et représente désormais la cinquième génération. La Dernière Scourtinerie de France coule des jours paisibles au bord de L’Eygues.

Le musée ouvre ses portes

En 2013 Frédérique et Arnaud Fert décident de créer un musée retraçant l’histoire familiale et l’évolution de la fabrication du scourtin sur 130 ans et 5 générations.

Pérenniser la qualité des scourtins

Depuis quelques années, le scourtin retrouve sa fonction première de filtre. Si la production reste en majorité du scourtin d’ornement,  avec le retour des pressoirs artisanaux, le scourtin version filtre à huile est à nouveau tissé. Quelques rares moulins, dans le Var et en Corse, s’en servent encore pour l’extraction de l’huile d’olive.  De même, quelques grands domaines vinicoles l’utilisent dans des pressoirs verticaux afin de produire un vin de presse de grande qualité. Depuis toujours, la priorité

consequat. nec et, id, amet, commodo Praesent Donec justo