Le mot scourtin est issu du mot provençal « escourtin » qui désigne le filtre circulaire utilisé pour l’extraction de l’huile d’olive.

Une fois garnie de pâte d’olive, la poche est placée sous une presse. Grâce à la pression, l’huile d’olive s’écoule au travers du scourtin, la partie solide (le grignon) restant à l’intérieur.

Le concept de scourtin, permettant d’améliorer l’extraction de l’huile et le drainage du jus, a été utilisé depuis l’Antiquité mais c’est à la Scourtinerie que nous avons inventé et développé la fabrication mécanique des scourtins et l’utilisation de matériaux modernes.

La Scourtinerie reste pionnière et développe de nouveaux Scourtins destinés à la filtration et aux pressoirs traditionnels (pression à froid de l’huile d’olive, filtres à vins pour pressoirs verticaux…).

Quel scourtin pour quel pressoir ?

Scourtin à poche ou plat pour presser la pate d’olive ?

Coco/Polypropylène ou 100 % Polypropylène ?

Un peu de culture...

L’huile d’olive est un jus de fruits: il faut en moyenne 5 Kg d’olives pour obtenir 1 litre d’huile.

Les olives fraichement cueillies et débarrassées des feuilles et brindilles sont confiées à un moulin où elles seront lavées avant d’entreprendre l’extraction – ou trituration – en trois phases: le broyage, la pressurisation et la séparation des phases (eau/huile).

Les moulins traditionnels, qui produisent de l’huile «1ère pression à froid», broient les olives – avec leurs noyaux (1), avec des meules en granite dans une cuve de pierre (2).

La pâte produite est naturellement fluide mais trop élastique pour être pressée directement. Elle est répartie sur des scourtins, qui sont ensuite empilés, en alternance avec des disques de métal (qui répartiront les forces). et cette pile de scourtins est installée dans un pressoir. : l’huile et l’eau sont pressées à travers les scourtins et récupérées dans une cuve.

L’huile (moins dense que l’eau) peut-être séparée des margines (l’eau de végétation) par décantation mais ce procédé très lent a souvent été remplacé par une centrifugeuse.

(1) L’amandon riche en polyphénols aiderait à la conservation de l’huile.
(2) Avantage du broyage à la meule : il n’y a pas d’élévation de température. La température doit être inférieure à 28°C pour produire de l’huile vierge extra.